Catégories
Non classé

L’éco-pastoralisme

Depuis quelques mois, la commune de Cercoux a une manière bien particulière de tondre ses espaces publics. L’entretien mécanique et chimique a été mis de côté au profit de l’éco-pastoralisme, une solution alternative de gestion écologique des milieux par des herbivores. Elle consiste à faire pâturer des troupeaux bovins, ovins, caprins ou équins afin d’entretenir les terrains. La commune a signé une convention avec le Conservatoire des Races d’Aquitaine qui œuvre pour la conservation, le maintien et la valorisation des races locales, menacées ou en développement, sur le territoire aquitain.

Nombreux sont les avantages pour la commune : premièrement, les coûts de gestion des espaces verts sont largement réduits puisque le Conservatoire prend en charge la totalité des dépenses associées à cette démarche et met à disposition tout le matériel nécessaire (clôtures électriques amovibles etc). L’unique coût pour la commune est celui de la convention,  soit environ 2 000 euros par an. Les démarches administratives sont aussi très  simples :  la municipalité n’a pas besoin de déclarer de cheptel étant donné qu’elle n’est pas propriétaire du troupeau. L’éco-pastoralisme permet de réduire, voire de supprimer les  intrants, les coupes, la pollution sonore etc…   De plus, la fertilisation naturelle des sols favorise la diversification de la végétation. Enfin, l’éco-pastoralisme peut être un outil efficace de lutte contre les risques d’incendie : par leurs différentes interventions, les animaux maintiennent des paysages ouverts, accessibles et entretenus.  

A Cercoux, une  dizaine de brebis landaises assurent une gestion écologique des terres en se déplaçant en fonction des  besoins pour assurer un bon désherbage sur toute la commune. Cerise sur le gâteau : un agneau est né en novembre, ce qui permet d’envisager avec sérénité la conservation de cette espèce ancienne menacée.  

Afin d’informer les habitants, la mairie communique régulièrement sur les réseaux sociaux et sur son site internet. Les déplacements des brebis entre différents espaces de la commune sont également ouverts au public pour sensibiliser davantage sur ce mode responsable de désherbage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *